Logo

GCONF – JE7 – Le mouvement d’Éducation Nouvelle : tensions et controverses par Elsa Roland

Le mouvement d’Éducation Nouvelle : tensions et controverses

  • GCONF-JE7
  • Conférence
  • Par Elsa Roland, ULB
  • Tout public
  • Jeudi 22 mars / 14h15-15h15

Depuis 2015, comme après 1968, le mouvement d’Éducation Nouvelle est au cœur d’une nouvelle actualité en Belgique et plus spécifiquement à Bruxelles : les nouvelles écoles se multiplient et des réformateurs comme Decroly, Montessori et Freinet sont remis au goût du jour. Pourtant, si les écoles dites à « pédagogie active » se sont historiquement constituées à partir d’un ensemble de problématiques, d’hypothèses et de méthodes a priori semblables, derrière l’illusion rétrospective d’un « mouvement » uniforme, s’exprimaient de fortes tensions internes d’un point de vue politique (notamment entre les courant libertaires, communistes et libéraux), épistémologique (entre spiritualistes, matérialistes, positivistes, philosophes, psychologues ou pédagogues) ou encore par rapport aux formes de pastoralité (entre laïques, catholiques, juifs ou protestants) telles que problématisées par Foucault.

Lors de cette présentation nous tenterons d’instruire ces différentes tensions et controverses, par une double analyse comparative : d’abord, en montrant les continuités et les discontinuités de ces écoles par rapport à l’histoire longue de l’école en Occident ; ensuite en repérant les continuités et les discontinuités entre deux expériences d’« éducation nouvelle » au début du XXe siècle : celle d’Ovide Decroly d’un côté et celle de Janus Korczak de l’autre.